Le cimetière de Laeken : un Père Lachaise bruxellois

Le cimetière de Laeken (plus de 6 ha) présente comme particularités :

1) Il est le plus ancien des cimetières bruxellois encore en activité ; de type paroissial (église entourée d’un cimetière), son origine remonte au Moyen Age.

2) Il abrite la première galerie funéraire souterraine de Belgique et d’Europe du Nord et constitue ainsi un des rares exemples de ce type de dispositif qui se retrouve plutôt dans le sud de l’Europe ; c’est l’ingénieur et alors échevin des Travaux publics Émile Bockstael (Mons 1838 – Laeken 1920) qui l’imagina en 1876 pour augmenter la capacité du cimetière tout en apportant une réponse à une exigence croissante en hygiène ; une série de galeries funéraires souterraines furent par la suite ajoutées à ce premier exemplaire (1878, 1899-1911,  1919-1928, 1931, 1933-1935), soit un complexe de 4.061 niches pour cercueils et 70 pour urnes. Dégradé au fil du temps et de ce fait rendu inaccessible au public, il fut l’objet d’une restauration récente pendant près de cinq ans et réouvert en octobre 2017.

3) La richesse de son patrimoine (chœur de l’ancienne église classé le 09/03/1936 ; 15 monuments funéraires classés en 1994 et 1997 ; première galerie funéraire et monuments la surmontant classés le 06/02/1997) ; site (classé le 14/01/1999). Le nombre de personnalités de divers milieux qui y reposent lui ont valu son surnom de «Père Lachaise bruxellois».

cimetiere de laeken

Tirée de nos archives, nous avons retenu cette photo ancienne : on y voit à gauche l’ancienne église de style gothique primaire datant de 1275 environ. Elle cessa d’être livrée au culte qu’après 1872. Tombant en ruines, elle est rasée à partir de 1884, d’abord la nef, puis la tour et le transept, malgré l’opposition de la Commission royale des monuments ; le chœur auquel on donna une façade pour le fermer en 1894-1896 fut heureusement conservé ; on remarquera sur la photo que la tour sur le transept est toujours présente, ce qui date la photo, à notre avis, d’entre 1884 et 1894.

À droite on peut voir l’église Notre-Dame de Laeken : on distingue le dôme polygonal qui recouvre la crypte royale ; la tour de façade qui fait partie du triple porche (1904-1908) ajouté devant la façade principale inachevée ne porte pas encore sa flèche.

Rappelons que cette église, la plus grande église néo-gothique de Belgique, fut érigée en mémoire de Louise-Marie d’Orléans, première reine des Belges et seconde épouse de Léopold Ier, décédée en 1850. Conçu en 1852 par Joseph Poelaert, l’édifice verra sa première pierre posée le 27/05/1854 ; Poelart démissionnera « pour raison de santé » en 1865, laissant un chantier en partie inachevé. Consacrée le 07/08/1872, l’église connaîtra diverses phases d’achèvement dont se chargeront successivement Louis De Curte (1876), Heinrich von Schmidt et Alphonse Groothaert (1904). Un vaste chantier de restauration sera mené de 2003 à 2014 par le bureau d’architecture MA2--Metger et Associés Architecture.

Pour plus de détails sur le cimetière et l’église Notre-Dame voir :

http://www.irismonument.be/fr.Bruxelles_Laeken.Parvis_Notre-Dame.A002.html

http://www.irismonument.be/fr.Bruxelles_Laeken.Parvis_Notre-Dame.17.html

Jean Heyblom, licencié en Histoire et AESS

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)