Le parc du Cinquantenaire (04) : Le monument au Général Albert Thys

1-monument au général thys 03Un peu plus loin dans le parc, dans l’axe de l’entrée, nous rencontrons un groupe en bronze sur piédestal en pierre bleue. Conçu à partir de 1920 par Thomas Vinçotte (1850-1925), il fut exécuté par Frans Huygelen (1878-1940) et inauguré en 1926. Rappelant le passé colonial de la Belgique, cette représentation allégorique féminine figure le Génie belge guidant le Congo qui tient une corne d’abondance. Un médaillon figurant le profil en bronze du Général Albert Thys peut se voir sur le piédestal qui est lui-même orné de chaque côté d’ailerons en forme de roue ailée. Il est en outre flanqué d’une balustrade. Ce monument célèbre donc la mémoire d’Albert Thys (1849-1915) : cet ancien élève de l’Ecole royale militaire et de l’Ecole de Guerre, devenu lieutenant-colonel d’état-major, fut détaché en 1876 auprès du général baron Greindl pour préparer la Conférence géographique de Bruxelles et attaché à la Maison militaire du roi Léopold II. Il deviendra par la suite son bras droit dans le Comité d’Etudes du Haut-Congo et assumera le rôle de secrétaire pour les affaires coloniales. Homme de confiance du roi, il sera associé à tous ses projets pour l’Etat indépendant du Congo. A l’instigation du roi, il se lancera dans les affaires en créant en 1886 la Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie. Ainsi il sera le promoteur de la construction du premier chemin de fer au Congo reliant Matadi à Léopoldville (1890-1898), fait qui est symbolisé par les roues ailées placées de chaque côté du piédestal du monument. Signalons que la construction de cette ligne de chemin de fer coûta la vie à 1932 travailleurs (1800 noirs et 132 blancs). En 1899, Thys fonde la Banque d’Outremer, dénommée au début Compagnie internationale pour le Commerce et l’Industrie, banque d’affaires créée pour développer les intérêts belges à l’étranger, surtout en Afrique. Les entreprises coloniales contrôlées par Thys furent surnommées « les sociétés de la rue Bréderode ». Les bureaux de la banque investiront progressivement une partie de l’îlot circonscrit entre les rues de Namur, Bréderode et Thérésienne. En 1928, la Banque d’Outremer fusionnera avec la Société Générale. 
Thys quitte l’armée en 1913 avec le grade de général-major de réserve et décède à Bruxelles le 10 février 1915 à l’âge de 66 ans. En 1904, la localité actuelle de Mbanza-Ngungu (Sona Qongo avant 1904) avait reçu le nom de Thysville. Il est intéressant de noter que parmi ses descendants figurent son gendre Henry Le Bœuf (1874-1935) qui finança la salle principale du Palais des Beaux Arts qui porte son nom et son petit-fils Odilon-Jean Périer (1901-1928), poète à qui est consacré un monument-fontaine sur l’avenue Louise à l’entrée du Bois de la Cambre.

 

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)