Léopold II, potentat congolais

"Léopold II, potentat congolais,
L'action royale face à la violence coloniale "
par Pierre-Luc Plasman,
Editions Racine, 2017

Dans le fort brouhaha qui résonne encore aujourd'hui dans certains milieux autour de notre roi Léopold II et des méfaits qui auraient été exercés dans notre ancienne colonie, l'ouvrage de Pierre-Luc Plasman arrive à point. En effet entre la vision d'un roi génocidaire responsable d'un holocauste de dix millions de victimes et celle des nostalgiques du temps colonial, chacune des parties avançant contre-vérités , clichés et idées préconçues, il est très ardu pour le simple amateur d'histoire qui n'est pas un spécialiste de la question de se faire une opinion un tant soit peu étayée.

Lire la suite

Bruxelles, Des Celtes aux Ducs de Bourgogne I

"Bruxelles, Des Celtes aux Ducs de Bourgogne I
De 25 avant J-C à 1478 après J-C"
Editions Petit à Petit, 2017

Vous remarquerez sans doute, si vous jetez un coup d'oeil sur le rayon B.D. chez votre libraire préféré, que de nombreux titres traitent soit d'un événement soit d'un personnage historique. L'Histoire a donc trouvé sa place dans le neuvième art et nous ne pouvons que nous en réjouir. 

Lire la suite

"Bruxellois, en un mot comme en zwanze"

"Bruxellois, en un mot comme en zwanze"
Joske Maelbeek
Editions Topgame

Notre ami Joske Maelbeek, membre effectif du CHB, que nos abonnés connaissent maintenant très bien par ses "chroniques d'un mijoleur du bas du haut de la ville" qui paraissent chaque trimestre dans notre revue, vient de publier un nouvel ouvrage chez les éditions Topgame intitulé "Bruxellois, en un mot comme en zwanze".

Lire la suite

Est-il correct de qualifier Pierre Bruegel l'Ancien (vers 1525-1569) de bruegélien ?

par Jean Heyblom

Jean-Baptiste Baronian écrit à la page 130 dans son Dictionnaire amoureux de la Belgique paru chez Plon en 2015, ouvrage dont je vous recommande chaleureusement la lecture: " dans le langage courant, l'adjectif bruegélien est synonyme de festif, de joyeux, de paillard, d'exubérant, de viveur ou de débridé, et renvoie à des idées de kermesse, de réjouissance, de noce, de libation ou d'excès, voire d'excitation, de surexcitation ou d'ivresse. Toutes les personnes que j'ai interrogées à ce propos m'ont répondu dans le même sens". Dans la suite de son entrée titrée " Bruegel, Pieter- bruegélien", l'auteur se pose la question du bien-fondé de cette qualification donnée à l'œuvre de notre célèbre peintre.

Lire la suite

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)