Quand deux Rosny cachent deux Boex : le n°77 de la rue du Marché- au-Charbon

 La plaque commemorativeSi vous passez par cette rue du centre ville, ne manquez pas de jeter un coup d'œil à la façade du n°77 surmontée d'un pignon. Cette maison remonte au 17e siècle et forme le coin avec la rue du Bon Secours. Elle porte à hauteur du premier étage une plaque commémorative (mai 1950) due à l'initiative du poète wallon Emile Terwagne (1912-1979). Assez souillée, on peut pourtant y lire le texte suivant : "Dans cette maison sont nés le 17 février 1856 et le 21 juillet 1859 les romanciers J.H. Rosny ainé et J.H. Rosny jeune".

Pour votre compréhension, sachez que Joseph-Constant-Adrien Boex (1831-1869) y tenait un commerce de mercerie avec son épouse Irmine Justine Jeanne Tubicx (1828-1925) et qu'il eurent trois fils : Joseph, Norbert et Séraphin. De Norbert-J-Auguste nous ne savons rien, mais Joseph-Henri-Honoré (Bruxelles 17 février 1856 - Paris 15 février 1940) et Séraphin-Justin-François (Bruxelles 21 juillet 1859 - Ploubazlanec (Côtes d'Armor, France) 15 juin 1948) eurent une carrière de littérateurs, largement oubliée dans le cas de Séraphin, un peu moins dans celui de Joseph. Délaissant le nom Boex, ils optèrent pour J. H. Rosny, pseudonyme que les deux écrivains adoptèrent en 1887 ( ils choisirent celui de la petite localité de Rosny-sous-bois), l'année où ils commencèrent à écrire et à publier conjointement à Paris et cela jusqu'en 1908, quand ils mirent Les freres Rosnyfin à cette collaboration à quatre mains. Ils se firent naturaliser français respectivement le 31mai 1890 et le 9 juillet 1898 tout en conservant leur nationalité belge. En 1935, les deux frères signèrent une convention littéraire qui attribue formellement les ouvrages écrits en collaboration. 
Délaissons J.H. Rosny le jeune complètement oublié (à juste titre) de nos jours, mais revenons à J.H. Rosny aîné qui, à nos yeux, malgré le caractère suranné d'une bonne partie de son œuvre, présente quelques ouvrages très intéressants. Il passe donc son enfance à Bruxelles et fait des études scientifiques à Bordeaux. Après un passage à Londres en 1874 où il se marie en 1880, il rejoint son frère Justin en novembre 1883 à Paris et publie seul en 1886 son premier roman Nell Horn de l'armée du salut. Faisant son entrée sur la scène littéraire, il collabore à de nombreuses revues et participe à la vie littéraire parisienne. Proche du milieu naturaliste et d'Edmond de Goncourt (1822-1896), il est l'un des signataires en 1887 du « Manifeste des Cinq », qui critiquait " La Terre " d'Emile Zola, en lui reprochant sa vulgarité. Désigné chevalier de la Légion d'honneur en 1897, il est nommé avec son frère membre de la Société littéraire des Goncourt (future Académie Goncourt créée officiellement en 1903) ; il en devient Président en 1926, et ce jusqu'à sa mort, en 1940. Son frère lui succèdera jusque 1948. 

le livreAujourd'hui, J.H. Rosny aîné est surtout connu comme :affiche du film 01
1) initiateur du roman préhistorique, avec la publication de Vamireh en 1892, premier livre sur les débuts de l 'humanité. Parmi les œuvres du même genre, le grand public retiendra La Guerre du feu (1911), qui narre la vie d'une tribu d'hommes préhistoriques à la recherche du feu perdu. Cette grande fresque sera portée avec succès à l'écran en 1982 par Jean-Jacques Annaud.
2) fondateur des romans de science-fiction (dont le terme n'existe pas encore à l'époque) en utilisant le merveilleux scientifique bien avant H. G. Wells (1866-1946). Rosny aîné laisse ainsi derrière lui une œuvre abondante, mais aujourd'hui largement oubliée : près de cent cinquante romans, écrits seul ou en collaboration, que ce soit des romans sentimentaux, policiers, des études de mœurs et de milieux, des récits d'aventure, des récits historiques, mais aussi des contes, des chroniques, des articles. Son court roman Les Navigateurs de l'infini (1925) est souvent considéré comme son chef-d'œuvre. Son nom a été donné à un prix littéraire de science-fiction de langue française : le Prix Rosny aîné décerné depuis 1980. Enfin la célèbre collection "La Bibliothèque de la Pléiade" va éditer ses œuvres en 2018.

PS: Nous aurons l'occasion de reparler de Rosny aîné, car il est prévu de vous présenter (dans un avenir plus ou moins proche) dans notre revue ses souvenirs autobiographiques donnés dans un roman écrit dans les années 1930, mais publié de manière posthume en 1944 intitulé "Au temps du roi Léopold "

Jean Heyblom historien

 

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)