Le monument au soldat inconnu français tombé sur le sol belge pendant la WO1

Inauguration du monument KIK IRPA E015848Après la guerre 14-18, afin de rendre hommage aux victimes militaires belges du conflit, de nombreux monuments furent érigés dont celui du cimetière du Père Lachaise à Paris. Consacré aux soldats belges morts en France, il fut inauguré le 8 octobre 1922 ; son escalier menant à l’ossuaire porte l’inscription « Ici repose un soldat belge inconnu » et sur ses murs figurent les 103 noms des soldats qui y reposent. Le monument fut conçu et réalisé par les belges Henry Lacoste (1885-1968) comme architecte et Charles Piot (1885-1972) comme sculpteur. Son édification, mais surtout la découverte en 1923, au cours de travaux entrepris dans le camp militaire de Lombardsijde, d’une tranchée avec les corps de 42 soldats français à proximité de la Grande Dune (lieu stratégique ayant changé 28 fois de mains entre 1915 et 1918) donnèrent sans doute lieu en Belgique, dans l’émotion d’une telle trouvaille, à l’idée d’une souscription nationale en vue de la réalisation d’un monument destiné à recevoir la dépouille mortelle d’un soldat français symbolisant tous ceux morts au champ d’honneur. Sur les 42 corps, 34 furent identifiés, ils seront soit rendus à leur familles, soitLaeken Monument Poilu inconnu CC BY SA 3.0 enterrés ainsi que les 8 corps non identifiés au cimetière militaire français de Saint-Charles de Potyze près d’Ypres. Le corps d’un des 8 inconnus sera choisi par la suite pour être déposé dans le monument au soldat inconnu français tombé sur le sol belge ou monument au poilu inconnu de Laeken.

Ce monument se situe à côté de l’église Notre-Dame de Laeken dans la partie nord-ouest du parvis près de l’entrée du cimetière. Il a cette particularité qu’il est le seul au monde qu’une ville dédie à un soldat inconnu étranger. Conçu en 1925-1926 par le sculpteur Mathieu Desmaré (1877-1946) et l’architecte François Malfait (1872-1955), il fut réalisé par le sculpteur Ernest Salu II (1909-1987) et inauguré le 17/07/1927 en présence du roi Albert Ier, de la reine Elisabeth et de Raymond Poincaré, Président du Conseil et ancien Président de la République française.

Situé sur une petite butte accessible par un escalier sur l’avant, son socle porte un obélisque tronqué orné de sculptures : sur ses deux faces latérales on peut voir en haut relief un cortège funèbre composé de femmes, d’hommes et d’enfants portant des guirlandes de roses ; sur sa face avant, devant une sorte de porte, deux femmes s’étreignent ; elles sont les allégories de la France (couronne végétale ) et de la Belgique (diadème) ; à côté d’elles, une femme leur tend un bébé ; sur la face arrière, monument au poilu inconnu coll.Jean Heyblomdeux soldats français au repos, le regard perdu dans le lointain, montent la garde devant une porte ornée par une Marianne guerrière affligée ; au sommet, quatre soldats français portent un cercueil avec monogramme RF. Devant le monument a pris place en 1949 un réservoir de bronze abritant la flamme du souvenir.

Pour la-souscription nationale, un comité sous le haut patronage du roi Albert Ier avait été mis en place en 1923 sous la direction de Louis Steens (1849-1933). Entré au conseil communal en tant que membre du parti libéral, Steens occupera le poste d’échevin de 1895 à 1926 et sera nommé baron en 1923. Retenons qu’il a remplacé pendant l’occupation allemande comme bourgmestre de mai 1917 à novembre 1918 Maurice Lemonnier, bourgmestre depuis septembre 1914 et démis en mai 1917 ; ce dernier avait remplacé Adolphe Max arrêté et démis en septembre 1914.

Pour rappel entre 70.000 et 80.000 combattants français ont fait le sacrifice de leur vie sur le sol belge. À ce jour 34.561 d’entre eux reposent en Belgique dans 118 cimetières, 16.130 en tombe individuelle dont 6340 anonymes et 18.431 en ossuaire, la plupart n’ayant pu être identifiés. Chaque année, des soldats sont retrouvés et inhumés avec les honneurs militaires qui leur sont dus.

Jean Heyblom licencié en Histoire, AESS

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)