Est-il correct de qualifier Pierre Bruegel l'Ancien (vers 1525-1569) de bruegélien ?

par Jean Heyblom

Jean-Baptiste Baronian écrit à la page 130 dans son Dictionnaire amoureux de la Belgique paru chez Plon en 2015, ouvrage dont je vous recommande chaleureusement la lecture: " dans le langage courant, l'adjectif bruegélien est synonyme de festif, de joyeux, de paillard, d'exubérant, de viveur ou de débridé, et renvoie à des idées de kermesse, de réjouissance, de noce, de libation ou d'excès, voire d'excitation, de surexcitation ou d'ivresse. Toutes les personnes que j'ai interrogées à ce propos m'ont répondu dans le même sens". Dans la suite de son entrée titrée " Bruegel, Pieter- bruegélien", l'auteur se pose la question du bien-fondé de cette qualification donnée à l'œuvre de notre célèbre peintre.

Dominique Lampsonius portrait de Pieter Brueghel lancien 1572A notre tour interrogeons-nous. Nous savons que cette vision de Bruegel provient des écrits de Karel Van Mander qui, dans son SchilderBoeck publié en 1604, nous rapporte le goût du peintre à se mêler aux festivités villageoises ; de là provient le sens de ce qualificatif, mais aussi le sobriquet trop souvent accolé à son nom de "Pierre le Drôle" le réduisant à n'être qu'un peintre de kermesses paysannes. Cette image subsiste dans l'esprit d'une bonne partie du grand public. 
La seconde cause de cette vision est la diffusion de nombreuses copies de ces scènes de réjouissances populaires par un de ses fils Pierre Breughel le Jeune (1564-1638). Pourtant il faut savoir que, sur la quarantaine de tableaux qu'on reconnaît à Pierre Bruegel l'Ancien comme peints de sa main (datés, signés ou datés et signés), seule une dizaine comporte des scènes populaires, paysannes ou villageoises. Si le petit peuple des campagnes est bien présent dans beaucoup de ses tableaux (et pas seulement ! songeons au thème boschien qu'il nous livre dans certaines compositions), il l'observe avec précision ( voir sa devise : Naer 't leven) dans sa vie quotidienne, au rythme des saisons et des travaux à accomplir, pour nous présenter en images une réflexion sur le destin de l'homme et cela en pleine concordance avec les thèmes humanistes traités au 16e siècle.
Vous pouvez conforter ou infirmer cette opinion qui voit en Bruegel un peintre humaniste en (re)découvrant au MRBA de Belgique, rue de la Régence, la deuxième collection la plus importante après Vienne de tableaux de Bruegel et pourrez bientôt dans un second temps vérifier votre avis en prenant connaissance de son œuvre graphique (estampes et dessins) qui nous sera montrée en 2019 au Palais de Charles de Lorraine par la Bibliothèque Royale et son Cabinet des Estampes ( The World of Bruegel in Black and White) à l'occasion du 450e anniversaire de la mort de l'artiste.
Une autre question intéressante est de savoir si Bruegel émet à travers certains de ses tableaux une opinion politique sur les événements de son temps, nous en reparlerons.

Si vous voulez approfondir le sujet, sur internet tapez "Mythes bruegéliens-Google Arts et Culture" et " L'héritage de Bruegel-Google Arts et Culture" sans oublier le site du MRBA. 

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)