Le café des Mille Colonnes, rue de la Reine n°1

doc 14 le cafe des mille colonnes 01Ce très beau document nous montre un coin disparu de la place de la Monnaie ; il formait l'angle de la place et de la rue de la Reine qui, comme quasiment toutes les autres maisons de la rue, succomba sous la pioche des démolisseurs en 1968. Vous pouvez ainsi découvrir vers 1900 l'aspect extérieur d'un café "Les Mille Colonnes" : il connut, comme ses concurrents directs bruxellois "Le café Suisse" place de la Monnaie n° 6 situé à l'angle de la rue Fossé aux Loups là où s'élèvera l'ancienne Poste et le "Café de l'Amitié" de la place Royale, son heure de gloire.
Ces établissements selects recevaient en effet une abondante clientèle de fonctionnaires et de bourgeois accompagnés de leurs "dames à chapeau".
Quant au "Mille Colonnes", il est déjà cité en 1823 et tirerait son nom d'un établissement parisien, bal public de la rue de la Gaîté. Son propriétaire-constructeur, un certain S.F. Van Becelaere, qui installa sa confiserie à côté, en fit un haut lieu pour les joueurs de cartes, de dominos et de billard, mais aussi le premier café éclairé au gaz (1840). Une particularité, citée par Victor Hugo, caractérise son décor intérieur: malgré son nom évocateur, celle de ne pas avoir doc 14 Le Café des mille colonnes 02une seule colonne, mais bien de nombreux miroirs.
Comme tout bon établissement bruxellois, il abrita également le siège de diverses sociétés à buts variés et continua son bonhomme de chemin en devenant vers 1900 l'agence générale de bières allemandes pour l'Augustiner Brau de Munich (voir sur le doc 2 la pub sur la façade et la représentation du moine ) et pour la bière impériale de la Brasserie de Fürstenberg, boisson de table de l'Empereur germanique.
A la passion pour les bières anglaises succédait celle des bières allemandes. En 1922, le café fut repris par le restaurant "Le Savoy" (situé en diagonale au coin de la place de la Monnaie et de la rue de l'Evêque) pour devenir le "Tea Room du Savoy" (club privé) avec un décor modifié, inspiré du Petit Trianon de Versailles.
Vers 1930, il se transforma en "Taverne du Pourquoi-Pas" pour disparaître définitivement en 1968. Un dernier détail, juste à côté du café "Les Mille Colonnes" vous pouvez distinguer sur le doc 1 l'entrée du "Passage de la Monnaie" (1820-1822 arch. P.V. Piau), la plus ancienne galerie du pays qui disparut la même année.

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)