Flupke et la Voeile Jeannette

Au tome 5 des aventures de Quick et Flupke, Hergé nous livre une double page intitulée Jazz Hot, ou … la musique adoucit les mœurs. Le n° 69 de la revue des Amis de Hergé (Printemps 2020) portant sur les relations entre Hergé et la musique et commente une remarquable scène de panique déclenchée par Flupke, exaspéré par le Jazz entendu à la radio :

Flupke en Voeile Jeannette

L’auteur de l’article explique l’apothéose du gag en ces termes :
Le (Fluke) voici cannibale, ou pitbull, ou quelque chose comme cela. Il fait même peur au représentant de l’ordre, lequel détale devant ce sauvage qui, non content d’avoir éventré son nounours, a tout simplement éventré son enfance, et qui attaque, presque nu, à peine vêtu d’une peau de bête.
Cette approche analytique et psychanalytique omet, hélas, l’essentiel : la référence très explicite à une réalité marollienne bien connue, celle de la Voeile Jeannette : le terme vuil / voeil fait référence tant à l’état du vêtement qu’au langage peu châtié du personnage ; celui de Jeannette désigne un homosexuel, habillé en femme ou pas.
Le Vuile Jeannette de CurtioLa Voeile Jeannette – ou Le vuile Jeannette – est un « type marollien » magnifiquement décrit par Curtio dans le volume 2 de sa célèbre trilogie le Baedeker de physiologie bruxelloise :
Le vuile Jeannette est un des spécimens les plus curieux de l'ornithologie marollienne. C'est une des variétés du scandôôle [NDLR : schandoêl, scandaleux].
Oiseau de passage, on l'aperçoit dans nos climats à l'époque du carnaval. Son aspect est sauvage et menaçant. Il attaque quelquefois les enfants qui le suivent sans méfiance. Son extérieur se compose d'une jupe qui a traîné dans de nombreuses berdouilles ; d'un chapeau de femme ou d'un shako de garcevick [NDLR : Garde-civique, milice bourgeoise de Bruxelles, de 1830 à 1920 environ] dont les plumes auraient longtemps servi de petit balai, d'une paire de gants jaunes et d'un coup de poing sur l’œil.
On en admet quatre variétés : 1° le vuiile Jeannette avec parapluie et cage à hareng-saur ; 2° le vuile Jeannette à pancarte (cette pancarte se porte sur le ventre et arbore les mots : JE M'AMUSE) ; 3° le vuile Jeannette à drap de lit et 4° le vuile Jeannette à cornet à pistons ; c'est le plus dangereux de tous : quand celui-là entre en fureur, il est presque indomptable : on ne peut avoir raison de lui qu'avec l'aide de deux ou trois gardevilles et d'une lance d'arrosage.
En un magistral dessin, Hergé a savamment dosé les caractéristiques du vuile Jeannette types 1 et 4 :
- Le type 1 explique le poisson que Flupke tient entre les dents, élément incongru du dessin quand on n’en connait pas l’origine. Le chapeau à plumes est bien respecté, les gants sont présents et la « jupe » est obtenue par le renard, fourrure très prisée par la petite bourgeoise de l’époque. Le parapluie a disparu au profit de celui perdu par le quidam du bord droit.
- Le type 4, qualifié par Curtio comme le plus dangereux de tous, est en relation directe avec le sujet de la narration, la musique considérée (à l’instar de Léopold II) comme un bruit qui coûte cher, puisqu’il est décrit comme le Vuile Jeannette à cornet à pistons. Sa fureur crée la panique de l’agent 15 lui-même, ayant perdu sa matraque et courant chercher le renfort indispensable de deux ou trois gardevilles !
D’un point de vue historique, la Voeile Jeannette n’est pas qu’une spécialité bruxelloise. Elle se présente, de nos jours encore : au (très décrié) carnaval d’Alost, en tant que Vuil Janet ; à Gand, sous le nom de slonze ; à Binche, en tant que Mamm’zelle ; à Malmedy, sous la dénomination de Mareye-Drouze.
On situe son origine au 13e siècle, dans une chronique de 1224 décrivant les festivités de Pentecôte, à Huy, au cours desquelles les hommes sortaient déguisés en femmes. Le terme de Voeile Jeannette (ainsi que ses dérivés) est plus récent et remonte au 19e siècle, lorsque le personnage devient une figure emblématique de tout carnaval qui se respecte.
En conclusion, outre l’abondance des emprunts au dialecte flamand de Bruxelles (le brussels vloms) dans les albums de Tintin, rapporté par le Cercle d’Histoire de Bruxelles via la recension du livre Eï ben ek, EÏ blaaiv ek : Bruxellois – Syldave – Arumbaya de Jean-Jacques De Gheyndt, Hergé nous livre ici un autre exemple de sa maîtrise de notre folklore et de notre culture.

 

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le jeudi de 9h à 15h30)