Cantagallina, voyageur italien, Bruxelles demeures nobiliaires disparues

Exposition proposée par l'Association du Patrimoine artistique asbl
Du 8 septembre au 21 octobre 2017.
Exposition organisée dans le cadre des journées du patrimoine du 16 et 17 septembre 2017 sur le thème de La Nature et la Ville ainsi qu'à l'occasion de la sortie du livre consacré au dessinateur italien, Remigio Cantagallina. 

Hotel de Nassau 1Vous pénétrez dans le hall d'entrée de l'Association, et vous voilà plongé dans Bruxelles, il y a cinq siècles. Vous voilà dans la rue Terarken au pied de la chapelle du palais Ducal et de l'hôtel d'Hoogstraeten qui se blottit contre elle. Vous vous retournez, et vous apercevez la rue Isabelle et le jardin des Arbalétriers, et plus loin les tours de la collégiale Sainte-Gudule. À travers la mise en scène de vues hyper-agrandies du dessinateur Cantagallina, l'Association du Patrimoine artistique vous propose d'imaginer un instant comment était la ville qu'ont connu Charles Quint, Philippe II et les archiducs Albert et Isabelle, et de percevoir l'ambiance et l'espace de cette ville au tournant du 16e et du 17e siècle. 

L'exposition est d'abord un hommage à ce voyageur florentin venu en 1612 qui le premier réalisa systématiquement des vues objectives de Bruxelles: Remigio Cantagallina. L'Association lui consacre un livre très documenté. Mais c'est mais aussi un hommage au cartographe Hogenberg qui, le premier, réalisa une carte figurative de la ville, de ses rues et de ses édifices, publiée en 1572. Cette carte, d'un précision inouie, a aussi elle aussi été fortement agrandie. Les dimensions, auxquelles elle est reproduite, permettent de bien observer tous les bâtiments représentés: les palais, les grandes demeures nobiliaires, les couvents et les maisons bourgeoises, mais aussi les jardins et la superficie des prés et des champs que Bruxelles comportait encore dans ses murs, ainsi que les villas de plaisance bâties dans la campagne environnante. En vis-à-vis on peut voir une autre carte publiée par Martin de Tailly en 1640 qui montre l'évolution du bâti en cinquante ans. Elle suggère surtout avec une finesse et une précision délicieuse le cadre de vie des habitants de cette cité brabançonne, les jardins intramuros et les alentours verdoyants, les zones maraîchères et d'élévage.

Depuis un an, l'Association mène une recherche pour identifier les demeures des grands personnages de l'époque, protagonistes des événements politiques et religieux d'alors. Elle a repéré une centaine d'édifices remarquables, dont quatre-vingt font l'objet d'une identification sûre ou d'une hypothèse d'identification vraisemblable. Avec cette exposition, elle lance le livre sur Cantagallina, mais annonce ainsi ses recherches actuelles et futures, qui déboucheront sur de nouvelles publications. Elle souhaiterait que comme dans le cas du livre sur Cantagallina, arriver à l'édition d'un livre sur les demeures disparues qui soit le fruit de la collaboration de nombreux chercheurs communicant entre eux leurs résultats. Elle convie à cette occasion le grand public à venir découvrir et mieux connaître le passé de Bruxelles, mais elle invite aussi les chercheurs et amateurs qui se passionnent pour l'histoire de Bruxelles à venir confronter et échanger leurs informations afin de faire progresser les connaissances sur le passé de Bruxelles.

Association du Patrimoine artistique asbl

 

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)