Léopold II, potentat congolais

"Léopold II, potentat congolais,
L'action royale face à la violence coloniale "
par Pierre-Luc Plasman,
Editions Racine, 2017

Dans le fort brouhaha qui résonne encore aujourd'hui dans certains milieux autour de notre roi Léopold II et des méfaits qui auraient été exercés dans notre ancienne colonie, l'ouvrage de Pierre-Luc Plasman arrive à point. En effet entre la vision d'un roi génocidaire responsable d'un holocauste de dix millions de victimes et celle des nostalgiques du temps colonial, chacune des parties avançant contre-vérités , clichés et idées préconçues, il est très ardu pour le simple amateur d'histoire qui n'est pas un spécialiste de la question de se faire une opinion un tant soit peu étayée.

livre Leopold II potentat congolais couvertureSur toute cette problématique, l'auteur, qui est Docteur en Histoire et collaborateur de l'Institut sciences-politiques Louvain-Europe nous donne dans son livre l'adaptation de sa thèse de doctorat en histoire présentée à l'Université de Louvain en 2015. Ce n'est pas une biographie de Léopold II, ni une histoire du Congo léopoldien, mais bien une étude de la naissance et du développement des rouages de l'Etat indépendant du Congo (EIC) entre 1876 et 1908. Elle se soucie aussi de comprendre pourquoi le régime léopoldien a été synonyme d'une très grande violence épousant diverses formes depuis son statut d'entreprise commerciale à peine déguisée à celui d'un embryon d'Etat cherchant à imposer un minimum de règles de droit. Pour ce faire, en historien de qualité, Pierre-Luc Plasman s'appuie sur les travaux de ses prédécesseurs comme sur des sources inédites, publiques et privées. Si, comme l'écrit de Cuvelier, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères de l'EIV en 1906, " le Congo était fondé dans l'intérêt de la civilisation et de la Belgique", ce double objectif imposait d'effectuer un grand écart entre recherche de rentabilité et ambition civilisatrice (Préface du livre par Michel Dumoulin p. 9), on peut se poser la question des intérêts matériels que le roi Léopold II a tiré du Congo. Comme réponse, l'auteur peut, grâce à une analyse comptable difficile, mais rigoureusement menée, avancer que le domaine de la Couronne créé en 1901 "ressemble d'une part à un fonds de pension pour les membres de la famille royale et d'autre part à une caisse de travaux publics". En conclusion, cet ouvrage que nous vous conseillons de lire pour son approche innovante, viendra avec bonheur s'ajouter à ceux de qualité que sont les travaux de Jean Stengers, de Michel Dumoulin ou de Guy Vanthemsche sur le Congo ou de Barbara Emerson sur toutes les facettes du règne de Léopold II.

 


Jean Heyblom, président du CHB et historien

Editions Racine, 2017, ISBN 978-2-39025- 009-8
Prix :  24,95 €

 

Contactez-nous

  • Chaussée de Wavre 517-519 1040 Bruxelles
  • Tél: 02 223 68 44 (le mardi de 9h à 15h30)